La gorge, close.
Fermée à toute parcelle d’air,
au plus petit souffle de vie.
Les muscles, tétanisés,
saisis de stupeur.
Le cœur, en larmes.
Les paupières ouvertes,
beaucoup trop ouvertes.

Entre deux soupirs de la passion le corps se meurt.

Privé de tes sourires mon soupir veut être le dernier

Tu as apprécié ? Partage stp

Share on facebook
Share on pinterest
Share on google
Share on twitter

Une douceur poétique pour la route ?

Si tu te sens une âme de chercheur