Les dernières flammes hésitent à se faire cendre.
Elles virevoltent dans l’âtre comme des papillons
au crépuscule de leur jour.

Tu n’es pas restée ce soir,
m’offrant la solitude des derniers crépitements.

Je l’ai dégustée avec délice,

car la solitude est un cadeau somptueux,
lorsqu’elle est emballée

dans la promesse
de te revoir…

Tu as apprécié ? Partage stp

Share on facebook
Share on pinterest
Share on google
Share on twitter

Une douceur poétique pour la route ?

Si tu te sens une âme de chercheur