Ton regard est cet édredon où je repose mes rêves,
où je les laisse reprendre des forces
le temps d’un clin d’oeil.

J’ai hésité un instant, je me souviens.
J’ai voulu traquer mes rêves pour un baiser.
Tout mon être pour tes lèvres.
Ma vie contre une ivresse.

Puis tes yeux se sont fermés.
Tu as gardé mes rêves.
Je les ai oubliés.

Tu étais là, en face de moi, et moi, je pensais à toi.
Tu m’as pris mes rêves puis tu as souri.
Tu as souri et tu es partie.
Partie comme on revient, partie
comme je t’imagine ouvrir les yeux au matin.

J’ai allumé une cigarette et j’ai fermé les yeux.
Tu étais toujours là, de l’autre côté de mon regard,
de l’autre côté de moi,
tu étais toujours là et j’ai vu, dans cet autre moi nos rêves faire l’amour sur l’édredon de nos tendresses.

Une douceur poétique pour la route ?