p

Quatre heures du matin
Le sommeil ne veut plus de moi
Je me lève. Vais à la fenêtre
Il y a fête dehors
Une myriade d’oiseaux taille le grain,
Discute de tout et de rien
Un petit peu fort peut-être
Mais qu’il est bon de se faire réveiller,
Même au milieu de la nuit,
Par les messagers du printemps.

Tu as apprécié ? Partage stp

Share on facebook
Share on pinterest
Share on google
Share on twitter

Une douceur poétique pour la route ?

Si tu te sens une âme de chercheur