Il

Il observe et sourit, la dentition plus jaune encore
que la pensée, les yeux plissés. Il se moque, se
gausse, bras croisés, langue déliée, adossé au
parloir du monde.
Il est ce qui ne semble pas, se ressemble comme
deux gouttes de fiel. Il se nourrit de craintes et de
haines, s’abreuve d’excuses et de bassesses.
L’insulte lui est dérisoire, la parole de son prochain
vaut bien la mort de son suivant. Il dérange,
sans pouvoir l’être.
Il est cette devinette absurde qui se déroule sous
vos yeux, tourment de cet instant ou plaisir du suivant.
Il baisse les yeux en riant, enfant paisible, éternel.
Il voit au loin le monde qui passe, saluant l’inconnu.
Il est ce qui affole, ce qui vit et exalte. Il est ce qu’on
croit, ce qu’on espère. Il est l’amour, la joie ou la peine.
Il est les lieux communs de notre bonheur. Il est l’évidence.
Parfois renié, bafoué, rarement indifférent et jamais
oublié,
il, l’impersonnel, père des hasards.

Tu as apprécié ? Partage stp

Share on facebook
Share on pinterest
Share on google
Share on twitter

Une douceur poétique pour la route ?

Si tu te sens une âme de chercheur